Pour retrouver toute notre actualité, rejoignez-nous sur les réseaux sociaux :

Comment nous accompagnons les bailleurs sociaux dans le démarrage de leur activité de syndic ?

Bailleurs sociaux - syndic - logiciel - immobilier - copropriété

En France, l’histoire du logement social et des bailleurs sociaux est en étroite corrélation avec la révolution industrielle. Cependant, des milliers d’années en arrière, ce sont les riches patriciens de la Rome antique qui en ont donné les premières formes, en construisant, en échange de services, des logements pour certains citoyens romains issus des classes inférieures : les plébéiens.  

En Janvier 2018, selon le gouvernement français, le parc locatif social dénombre plus 5 millions de logements, dont 3% sont vacants.  Par ailleurs, il faut savoir que quasiment 25% des habitations en Île-de-France sont à vocation sociale. Cela fait autant d’habitations à gérer par la multitude de bailleurs sociaux exerçant dans nos régions. Dans la suite de cet article, nous présenterons les solutions que nous mettons en place pour les accompagner au quotidien dans leur activité.

L'activité des bailleurs sociaux

Encadré par le code de la construction et de l’habitation, la mission première du bailleur social est de construire, rénover, acheter et gérer des habitations louées pour des familles dites « de condition modeste ». Il est responsable du projet de construction (ou reconstruction) du bien, puis par la suite, devient le garant de sa bonne gestion. En effet, au quotidien il gère les services de proximité liés aux biens : entretien, gestion des sinistres, gestion technique, gardiennage; mais également les services liés à la gestion locative : gestion de la demande et attributions, prévention des impayés, gestion sociale etc. Par ailleurs dans ce cadre, un de leurs objectifs doit être de favoriser la mixité sociale.

Également, il est important de différencier les deux catégories de bailleurs sociaux :
  • L’Office Public de l’Habitat, qui implique que le conseil général préside le conseil d’administration.
  • Les Entreprises Sociales pour l’Habitat (ESH) comme ICF, SDH ou encore Alliade, dont le conseil général sera composé de « collecteurs Action Logement ».

En outre, leurs principales sources de revenus proviennent de l’État français qui accorde à ces organismes des exonérations fiscales ainsi que des aides spécifiques sous forme de subventions. En conclusion, nous pouvons qualifier le bailleur social comme « entrepreneur de travaux de construction d’intérêt général« . Il est le premier fer de lance pour la construction et la gestion des logements sociaux. Son action est donc capitale et tournée vers l’objectif du gouvernement français, c’est à dire l’accès au logement pour environ 10 million de personnes en situation de difficulté (plus d’info sur union-habitat).

Une activité soumise aux mutations

Des impératifs économiques pour les bailleurs sociaux

Malgré leur service dédié à l’intérêt général, les bailleurs sociaux ont également des impératifs économiques. En effet, dans un contexte toujours plus tendu, ces organismes ne sont pas épargnés et sont soumis à des obligations de performance et rentabilité. Depuis quelques années, cela se traduit notamment par la vente d’appartements au sein même des HLM, toujours dans le cadre de l’accession à la propriété.

Ainsi, du fait même de vendre un appartement du bien qu’il gère, le bailleur social n’est plus le seul propriétaire. Effectivement, l’immeuble en question devient une copropriété, avec bien entendu toute la législation qui en découle. C’est alors son rôle de gérer cette transition et de prendre en comptes les différentes mutations qu’elles impliquent, notamment l’activité de syndic de copropriété. Dans ce cadre ci, deux choix s’offrent à lui : internaliser cette activité ou bien la sous-traiter.

L’activité de Syndic, une nouvelle obligation pour les bailleurs sociaux

Appels de fonds, arrêtés de comptes, rapprochements bancaire, gestion des sinistres… À l’origine, l’activité des bailleurs sociaux peut être perçue comme une activité éloignée de celle des syndics. Sous traiter cette activité pour ne pas avoir à la gérer devient alors vite tentant. Néanmoins il faut être pleinement conscient que cela implique une perte de contrôle pour le bailleur social, qui donne donc la main à un syndic privé pour la gestion des nombreuses parties communes du bien.

Internaliser cette activité vous offrira au contraire une meilleure maitrise de la copropriété. En outre, cela permettra à l’organisme de monter en compétence et en polyvalence. Bien entendu, un des effets important est la rassurance auprès des différents locataires et propriétaires. En effet, cela leur permettra de ne garder qu’un contact pour leurs différentes demandes, et donc de ne pas multiplier les intermédiaires pour leurs besoins, questionnements etc. Retrouvez plus d’informations sur l’activité de syndic de copropriété dans notre article dédié.

H2I accompagne les bailleurs sociaux

Un logiciel pour plus de fluidité

S’adapter à une nouvelle activité, de nouvelles missions est toujours complexe. Dans un objectif de performance dans la gestion de cette nouvelle activité de syndic, il est primordial pour les bailleurs sociaux de s’équiper des bons logiciels. Automatisation, gain de temps, gain de productivité… le logiciel Aramis que nous développons répondra totalement à vos nouveaux besoins. Son interface et sa facilité d’utilisation vous permettront une transition et une prise en main en douceur.

Gestion des paies, édition en masse de vos appels de fonds, gestion des sinistres et des interventions liées etc; notre logiciel vous offre un large panel d’actions. Pour plus de fluidité, le logiciel vous permet une gestion comptable plus simplifiée. Avec des fonctionnalités poussées pour la gestion de cette nouvelle activité, Aramis intègre bien évidemment des services devenus obligatoires. C’est le car par exemple avec la mise à disposition d’un extranet copropriétaire.

Un accompagnement poussé

Cependant, nous ne nous arrêtons pas à la simple étiquette d’éditeur de logiciels immobiliers. Nous apportons également notre support dans la gestion de votre activité, notamment via les formations proposées via l’outil. Il est important de prendre en compte qu’H2I est considéré comme organisme de formation. Ainsi, sous conditions de répondre aux critères requis, il vous est possible de faire financer ces formations par l’organisme Agefos.

Une assistance opérationnelle est également mise en place dans le but de vous accompagner directement dans la réalisation de vos tâches. Notre équipe d’intervenants est composée de formateurs anciennement gestionnaires et/ou comptables copropriétaires qui sauront être le support dont vous avez besoin.

C’est dans le cadre de cette transition que nous mettons notre expertise et notre savoir faire à la disposition des bailleurs sociaux. Notre objectif est de vous apporter un réel accompagnement lors de cette transition inéluctable, afin qu’elle se passe le plus confortablement possible pour votre structure et vos équipes.

C’est pour toutes ces raisons que de nombreux organismes nous accordent déjà leur confiance.

H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - Auvergne Habitat
H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - Action Logement
H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - Résidences Yvelines Essone
H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - LogéHab
H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - France Habitation
H2I - Bailleurs sociaux - logiciel - syndic - copropriété - immobilier - Seqens

Vous êtes bailleur social et vous souhaitez être accompagné dans votre démarrage d’activité de syndic ?